Bella Bora van Axel Enthoven


Designers

~ Axel Enthoven ~

‘Sa simplicité et son évidence font toute sa beauté’

Axel Enthoven s’exprime à propos du succès de la série Bora:

Tout a commencé en 1983 avec Bora Bora. Puis, Bora Bèta a été créé et, ensuite, le modèle restylé Bella Bora. Aujourd’hui, trente ans plus tard, la série Bora existe toujours. Qu’est-ce qui fait le succès de ce meuble classique et comment son créateur Axel Enthoven a-t-il été inspiré ? Un entretien avec un designer enthousiaste.

“Au début des années quatre-vingt, les canapés de qualité étaient lourds et pompeux,” commence Enthoven. “Des cadres en bois et une grande quantité de mousse déterminaient le confort. “Pour les mediors qui décidaient d’emménager dans un logement plus petit, ce n’était pas pratique. Les sièges occupaient trop de place. Par ailleurs, les modèles plus élégants commençaient à avoir la cote, sous l’influence du modernisme avancé. Leolux m’a demandé de créer un meuble moins volumineux et plus léger, un meuble en bois ayant la qualité prisée ‘Leolux’. J’ai accepté avec plaisir de relever le défi.”

Un modèle populaire tout de suite
Pour créer un canapé plus compact procurant le même confort, Enthoven a mis au point un nouveau procédé. “Tout d’abord, nous avons étudié de manière critique où il fallait et où il ne fallait pas prévoir de ‘rembourrage’. Une démarche tout à fait innovante pour l’époque. Nous avons également choisi de fabriquer le cadre en lattes multiplex à la place de panneaux d’aggloméré. Ces adaptations ont eu pour conséquence une meilleure suspension.” Le résultat ? Un meuble élégant en bois entièrement garni, doté d’accoudoirs étroits et d’un dossier fin. Le Bora Bora est devenu un modèle populaire tout de suite. “Le canapé était unique,” explique Enthoven. “Le trois places, par exemple, ne faisait que 1,80 mètre de large, ce qui n’existait pas à l’époque. Les canapés trois places mesuraient au moins deux mètres.”

Entre-temps, la série Bora connaît toujours autant de succès. Pourquoi le meuble est-il toujours aussi populaire ? Enthoven pense que l’explication réside dans l’intelligence du design. “Les gens reconnaissent le savoir-faire. Je ne suis pas un designer qui se laisse influencer par les tendances. Je considère le design d’un point de vue logique et pratique mais pas comme un reflet de la mode. Le Bora Bora conserve sa beauté en raison de sa simplicité et de son évidence. Cela donne au meuble sa force et le rend intemporel.”

Priorité à la fonctionnalité
La durabilité est la plus grande motivation d’Enthoven dans tout ce qu’il fait. “J’ai déjà développé des produits durables avec Leolux dans les années quatre-vingt. Nous étions très à l’avance sur notre époque. À l’heure actuelle, je travaille toujours de préférence à des produits durables qui ont une longue histoire. Sans doute cela vient-il du fait que je ne suis pas à l’origine un designer de meubles. Je donne priorité à la fonctionnalité dans toutes mes créations. Les projets dont je suis le plus fier sont la série Bora, le bus Bova, le tram de Bruxelles et une valise Samsonite du nom de Focus. Il s’agit chaque fois de créations que les gens utilisent depuis des années avec satisfaction.”

Actuellement, Enthoven a encore une autre ambition. Son entrepriseEnthoven Associates Design Consultants (EADC) a connu un bel essor. EADC compte entre-temps trois sites : à Anvers, à Paris et en Corée. Les 22 collaborateurs s’occupent de la conception du produit, de la conception du concept et de la conception des services. Axel Enthoven : “Je ne veux pas que mon entreprise s’arrête quand je cesserai de travailler. C’est la raison pour laquelle je crée de moins en moins moi-même. À présent, je passe la plus grande partie de mon temps à inspirer mes collaborateurs.”